P3 : I want to go through hell

Quand je regarde derrière, je me dis que j’ai déjà fait pas mal de choses déjà. Que j’ai commencé à voyager jeune. Que j’ai plein de souvenirs et que je sais me démerder toute seule. Et puis tu rencontres ces ‘gamin’ et tu te sens vieille.

tyler

Tyler, 21 ans, Canadien, ne se définit pas encore à travers un boulot, mais il déborde de motivation. La première fois que je l’ai vu, il était plongé dans un bouquin de cuisine péruvienne, en espagnol s’il-vous-plaît, dans la cuisine de notre auberge à Cuzco.

Il préparait le Salkantay trek en autonomie, un des treks menant au Machupicchu. Il était à la recherche de recettes de snacks à préparer et à emmener pour la rando. Il ne parlait que très peu espagnol alors il demandait à qui pouvait l’aider la traduction des ingrédients. Un Argentin m’a vite relayé, les mots péruviens sont encore étrangers à mon vocabulaire. J’admirais sa volonté à vouloir comprendre, à vouloir bien faire. Il prenait à coeur de bien se préparer et de respecter à la lettre les recettes. Quand je lui ai demandé pourquoi il voulait le faire seul, que c’était un peu taré et qu’il allait certainement pleuvoir tous les jours, il m’a répondu : « I want to go through hell ». Moi je ne comprends pas ces gens !

Donc, ce ‘gamin’ de 21 ans s’apprêtait à faire seul ce que nous prévoyons de faire avec un groupe d’une dizaine de personnes, dont un guide. Rajoutez à cela cuisiniers et ânes pour porter le sac à dos et on est donc très loin du trek en autonomie. Mais moi, je n’étais déjà pas très fière à l’idée de rester cinq jours dans la montagne à marcher tous les jours, c’était mon premier vrai trek… Bref je me suis sentie vieille et une vraie trouillarde. Merci Tyler ! Mais bon il n’était pas le premier à créer ce genre de sentiments en moi. Les Allemands qui sortent du lycée et font un an en Amérique du Sud en bagpacking et te racontent qu’avant ça, ils ont déjà fait une dizaine de pays, n’épargnez pas ma petite fierté d’aventurière…

Bref, j’ai bien fait le Salkantay trek, pour me rendre au Machupicchu, majoritairement sous la pluie. Travis, tout comme moi, était surpris d’apprécier autant de le voir en vrai alors qu’on le connait déjà tous par coeur en photo. Je ne regrette en rien que Travis m’ait poussé, c’était physique, mais le bonheur de cette rencontre mystique n’aurait pas été aussi grand si je ne l’avais pas fait. Ce n’était pas si compliqué au final et puis on est super bien entouré. Une fois de plus, ça ne servait à rien d’appréhender. Tyler s’en est également sorti sans souci. Tout ça pour dire qu’on est toujours beaucoup plus fort que ce que l’on croit,

alors lancez-vous !

IMG_7406

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s