C1 : Elle s’appelait Suzi

– Pourquoi Suzi Santiago ?

– Parce que ma voiture était une Suzuki et que je l’avais baptisée Suzi.

11693869_10153446394794805_5760053648916568930_n

Noam, la trentaine, Israélien, a voyagé pendant un an, de la Colombie au Sud du Chili en passant par l’Argentine, l’Equateur, la Bolivie ou encore le Pérou, avant de s’arrêter à Santiago il y a quatre ans. De là, il a créé Suzi Santiago, une agence qui aide les voyageurs étrangers à acheter une voiture au Chili pour parcourir à leur tour l’Amérique du Sud. Il tient l’agence avec son cousin Dani et deux jeunes Vénézuéliens, Carla et Alejandro.

En vrai, ce n’est pas si compliqué d’acheter une voiture au Chili, mais c’est de l’administratif et ça prend du temps…

  • Il vous faut un RUT, c’est-à-dire un numéro Chilien : ce serait l’équivalent de notre numéro de SECU. Pour l’obtenir, il vous faut trouver une âme charitable, plus communément appelé « parrain », qui accepte de vous parrainer. Il vous faut récupérer le document F4415.1, vous rendre avec votre parrain chez le notaire, payer 10euros, puis vous rendre au Servicio de Impuestos Internos (SII) et activer le numéro.
  • Trouver une voiture
  • Passer l’inspection d’une trentaine d’euros qui vous permet de voir dans quel état est le bolide (c’est à vos frais)
  • Acheter la voiture et donc retour chez le notaire pour signer les papiers avec le propriétaire de la voiture. Vous devez sortir de là avec le certificat d’achat, l’autorisation de sortie du territoire (qui vous sert jusqu’à ce que vous receviez le padrón, le document officiel d’achat), et l’attestation sur l’honneur de retour au Chili dans l’année qui suit
  • Récupérer les clés de votre voiture
  • Prendre une assurance (qui vous aide également à passer les frontières)
  • Réparer votre bébé si besoin et l’aménager (si ce n’est pas déjà fait)
  • Récupérer le padrón (à peu près trois semaines après)
  • VOYAGER (enfin)

Je ne suis ni patiente, ni fan de paperasse, alors Suzi nous a bien aidé.

  • J’ai eu le RUT en 2 heures puisqu’ils vous parrainent
  • L’inspection de la voiture trois jours après
  • On a signé l’achat de la voiture cinq jours plus tard. Bref, ça nous aura pris une semaine… Le temps de faire toutes les banques de la ville pour récupérer l’argent en liquide, aux distributeurs. Heureusement, on était deux et on avait quatre cartes bancaires !
  • Le siège de l’agence est en réalité la maison de Noam, qui possède également tous les outils pour aménager une voiture. Vous n’avez qu’à acheter le matos (bois, visses, équipement de camping, peinture pour les courageux, etc.)
  • On n’avait plus qu’à payer l’assurance proposée, qui est l’une des seules à vous permettre de passer toutes les frontières sans souci.
  • Le bonus Suzi : ils vous recommandent plusieurs garagistes en fonction des pièces à changer, une réunion de présentation de 3h sur les différentes choses à ne pas manquer en Amérique du Sud, ils sont joignables si vous avez un souci pendant votre voyage et ils répondent à toutes vos questions + ils vous aident à revendre votre voiture quand vous rentrez, pas besoin de rester à Santiago 🙂

IMG_0999

Cette année, Suzi rencontre un succès fou. Ils commencent à être connus et reconnus et devraient donc sérieusement penser à agrandir le parking pour l’aménagement de la voiture. C’est un petit budget à rajouter au prix de la voiture, mais au vu du temps gagné et de l’aide apporté, on recommande !

Vous l’aurez compris : j’ai acheté une voiture au Chili… Je n’y avais jamais vraiment rêvé avant, l’idée me paraissait juste belle. Seule, c’est beaucoup de dépense il faut l’avouer, mais à deux, cela devient intéressant. Mais avec qui j’ai acheté cette voiture ? Avec Travis, le Canadien rencontré à Port Antonio, en Jamaïque. L’hiver est arrivé au Canada, alors il est parti rejoindre le soleil. Il va passer ses cinq prochains mois de vacances à parcourir le Chili, l’Argentine, la Bolivie et le Pérou, dans une Toyota 4Runner, avec moi. Si on m’avait dit que je me lancerais dans une aventure pareille il y a huit mois, je n’y aurais jamais cru. J’ai encore du mal parfois.

On forme une belle équipe : je me suis chargée des papiers et des traductions et lui de l’aménagement intérieur de la voiture et de la mécanique. Il est maintenant temps de quitter Santiago et de prendre la route. On a baptisé notre palace, E.T.

Comme nos initiales

#EtCommeLeFilm

IMG_1006

Une réflexion sur “C1 : Elle s’appelait Suzi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s