BA4 : L’Or Café

« Merci pour la proposition de la balade au soleil. En vrai, sinon, je serais restée dans ma chambre avec une série… »

34703290_10210134455391641_9020530008594055168_o

Laure, 22 ans, étudiante, de nationalité chinoise et française, elle parle anglais et espagnol également. Elle aime beaucoup manger, comme moi. Et voyager aussi. Elle a déjà vécu dans quatre pays différents et, elle aussi, elle a dû changer son nom ici. Laura donc, est en ERASMUS à Buenos Aires pour le semestre. On s’est rencontré dans l’auberge où je bossais où elle y restait entre deux travaux dans sa colloque.

C’est vrai qu’il y a une réelle différence entre vivre dans un pays, et voyager dans un pays. Il y a des habitudes, bonnes ou mauvaises que l’on reprend. Par exemple, rester dans sa chambre, à regarder des séries au lieu d’essayer de faire tous les musées de la ville, ou passer dans toutes les rues où il y a du street art. Se dire qu’on a le temps et remettre au lendemain. Sortir en boite trois soirs d’affilée et dormir toute la journée car on n’a pas prévu de visite touristique de 12 h. Ou encore acheter des fringues parce qu’on a la flemme de faire des lessives tous les deux jours (je met celui ci dans les bonnes habitudes car en vrai, c’est chiant). Mais l’avantage de vivre en auberge, c’est que ça bouge tout le temps, qu’on rencontre des gens différents tous les jours. Alors même si je m’en lasse par moment, que je n’ai pas ma chambre à moi toute seule, ça permet de me rappeler que mon temps ici est limité, et qu’il faut que j’en profite de cette ville que j’ai du mal à quitter.

Du coup, on s’est motivée à faire une balade au soleil ce dimanche-là, car à cette époque, je ne connaissais pas encore le quartier de Puerto Madero. Depuis, c’est devenu mon repère les dimanches ensoleillés, quand je ne me lève pas à 15h… On aura également ensemble découvert (et re-découvert) les asados de Nico, les punaises de lits, les saloperies de Ruben (BA5 : 70% de chocolate) et les jeux de cartes avec Tony. Tu auras suivi les péripéties de mes différents jobs, ma rencontre avec le café que tu n’aimes pas, et écouter (beaucoup trop de fois) mon projet de voyage, que je trouve toujours aussi fou.

On n’aura pas autant profité de se voir et de sortir sur Buenos ensemble, mais je n’ai pas oublié, on doit toujours aller danser la salsa (et oui avec elle non plus ça ne s’est pas fait : cf. article « BA1 : San Lorenzo, San Lorenzo »).

Alors à bientôt, sur Panam’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s