J2 : Reggae girl

Dans les auberges de jeunesse, on fait toujours de belles rencontres. Certaines personnes ont des vies improbables, ils vous surprennent et vous ouvrent de nouveaux horizons. C’est le cas de Gardy.

img_5494.jpg

Gardy, 40 ans (mais en paraît 30), deux enfants, allemande et amoureuse de la reggae music. Elle a beaucoup voyagé en Afrique aussi, elle parle une langue locale d’ailleurs.

Elle vient tous les ans depuis cinq ans en Jamaïque. Elle laisse ses enfants, prend un avion et vient se ressourcer dans ce pays qu’elle a rencontré à l’âge de 25 ans. Elle y a des amis maintenant.

Son amour pour le reggae, elle le vie pleinement à chaque fois qu’elle vient. Elle écrit des articles pour un magazine on-line spécialisé dans ce registre. Elle fait plusieurs concerts dans le pays gratuitement et traduit sur le papier son ressenti.

C’est elle qui nous a fait écouter nos premières chansons de reggae, je n’ai pas retenu tous les noms des groupes mais j’ai passé plus d’une heure à l’écouter m’en parler ; et j’ai aimé. C’était sur le roof top de l’auberge à Ocho Rios, une Red Stripe à la main avec un autre allemand venu donner des cours de Football américain à des gamins à Kingston. C’étaient leurs derniers jours en Jamaïque, et souhaitaient vraiment y revenir.

Je ne me suis pas vraiment sentie chez moi à Ochie, ce qui est assez surprenant pour moi. D’habitude je me sens bien partout. Le choc de culture peut être, le jetlag, l’appréhension, la séparation… je ne sais pas. Mais ils m’ont redonné le sourire. J’étais curieuse de savoir pourquoi eux ils se sentaient aussi bien ici, et moi tellement à côté. Ils m’ont donné une raison d’être ici : les comprendre.

Le lendemain, Gardy nous a fait découvrir les petits dej jamaïcains. Très consistants d’ailleurs, ça m’a calé plus de huit heures ! Saltedfish avec du ackee (LE fruit du pays, à ne pas manger cru), dumplings, hélianthi (ressemble à la patate mais c’est une racine), banane plantin et poulet avec une sauce comme eux seuls savent les faire. DELICIOUS. C’était dans un fast food jamaicain, Mother’s.

C’est la première personne avec qui on a vraiment échangé en Jamaïque. Elle a l’habitude de faire des petits bracelets pour passer le temps. En voyage, elle les offre aux gens qu’elle apprécie.

Merci pour le bracelet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s